A propos de Djibouti

Introduction

Djibouti villeDjibouti-ville

La République de Djibouti, dotée d’une superficie de 23.200 km2, est située dans la Corne de l’Afrique et partage des frontières avec l’Érythrée au Nord, l’Éthiopie à l’Ouest et au Sud et avec la Somalie au Sud - Est.
Elle possède une façade maritime longue de 370 km qui donne sur la Mer Rouge et le Golfe d’Aden. Djibouti se distingue d’une part par sa position géostratégique à l’entrée de la Mer Rouge et au carrefour des routes maritimes, et d’autre part par son faible niveau de développement humain.
La population de Djibouti est de 818.159 habitants dont près de deux tiers vit dans Djibouti ville, la capitale du pays. Le taux d’accroissement de la population est très élevé (5%) dont 3% du au flux migratoire.
Les langues officielles du pays sont le français et l’arabe. Le somali et l’afar sont les langues nationales.
La majorité de la population (98%) est de religion musulmane de rite sunnite. Selon le Rapport Mondial sur le Développement Humain de 2013, Djibouti est classé 164 ème sur 186 pays, avec un indice de développement humain de 0,443.

Histoire

La Corne de l’Afrique a toujours été un carrefour culturel et commercial entre l’Afrique et l’Asie et en particulier l’Arabie. Les contacts avec les populations de l’Arabie se sont intensifiés au 7èmesiècle avec la propagation de l’islam dans cette région et la constitution de royaumes musulmans.
Les premiers contacts durables avec les européens datent de 1839. En 1862, les chefs locaux de la contrée signèrent des traités avec les français qui fondèrent en 1888 Djibouti, l’actuelle capitale de la République de Djibouti.
Le territoire devient une colonie sous le nom de Côte Française des Somalis puis Territoire Français des Afars et des Issas en 1967.
Après trois décennies de revendication et de contestation animée par la LPAI (Ligue Populaire Africaine pour l'Indépendance), la puissance coloniale organisa un référendum le 8 mai 1977 où la majorité de la population du territoire vota pour l'indépendance.
Le pays accéda à l’indépendance le 27 juin 1977 sous le nom de République de Djibouti et Monsieur Hassan Gouled Aptidon fut désigné comme premier Président du pays. Un parti unique, le RPP (Rassemblement Pour le Progrès) dirigea les affaires du pays.
Une rébellion armée se déclencha en 1991 dans le nord du pays. Une nouvelle constitution qui introduit le multipartisme en République de Djibouti a été votée en 1992. Un accord de paix fut conclu en décembre 1994 entre le gouvernement et le FRUD (Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie).
Des élections présidentielles se sont déroulées en mai 1999 à l’issue desquelles un nouveau président de la République, Monsieur Ismail Omar Guelleh fût élu.
Au bout d'une année de négociations, le gouvernement et la fraction du FRUD-armé ont signé, le 12 mai 2001, un accord qui scelle définitivement la paix en République de Djibouti.

Défis

Le Gouvernement Djiboutien a élaboré dans une large approche participative une Vision de développement à long terme, «Djibouti 2035 ». Cette stratégie de planification vise à sortir le pays des urgences et, ainsi, construire un développement durable basé entre autres sur le renforcement du capital humain mais aussi sur la promotion du secteur privé et sur la reforme de la gouvernance. 

 La mise en œuvre de cette Vision, « Djibouti, 2035 », s’inscrira dans une planification stratégique liée à l’Aide et au Suivi-Evaluation, en d’autres termes, mettre en place la chaine suivante : Vision-Loi D’orientation -Plan National de Développement- Programme d’Investissement Triennaux -Cadre budgétaire à Moyen Terme- Budget Annuel- Aide au Suivi-Evaluation.

Dans ce schéma, le Plan National de Développement 2013-2017 traduira dans un cadre opérationnel d’actions et de moyens la mise en œuvre de la Vision 2035. Partant des défis majeurs prioritaires de la Vision, ce plan présente une stratégie globale et six piliers accompagnés des stratégies sectorielles. Un important effort d’identification d’actions prioritaires est fait en vue de concrétiser le concept de « 100 actions prioritaires ».

Les consultations des départementales ont permis de développer des programmes d’actions issus des piliers et stratégies retenues par des Vision à long terme. Un chiffrage des coûts des programmes et une mobilisation des ressources seront également explicités.

Cette approche consultative et participative auprès des Ministres se poursuivra et sera renforcée à tous les niveaux et, particulièrement, auprès de la Société Civile dont l’implication permettra de consolider le processus de développement en République de Djibouti.