Djibouti

 

Introduction

La République de Djibouti, dotée d’une superficie de 23.200 km2, partage des frontières avec l’Érythrée au Nord, l’Éthiopie à l’Ouest et au Sud et avec la Somalie au Sud - Est.
Elle possède une façade maritime longue de 370 km qui donne sur la Mer Rouge et le Golfe d’Aden. Djibouti se distingue d’une part par sa position géostratégique à l’entrée de la Mer Rouge et au carrefour des routes maritimes, et d’autre part par son faible niveau de développement humain.
La population de Djibouti est de plus de 1.000.000 habitants dont près de deux tiers vit dans Djibouti ville, la capitale du pays.
Les langues officielles du pays sont le français et l’arabe. Le somali et l’afar sont les langues nationales.
La majorité de la population (98%) est de religion musulmane de rite sunnite. Selon le Rapport Mondial sur le Développement Humain de 2018, Djibouti est classé 172 ème 189 pays, avec un indice de développement humain de 0,48.

Situé dans la corne de l'Afrique, où règne l'instabilité politique et humanitaire, Djibouti accueille plus de 27 000 réfugiés d'Érythrée, d'Éthiopie, de Somalie et du Yémen, représentant 3,2 % de la population et l'une des densités les plus élevées au monde, ainsi que d'autres migrants. Le pays est touché par la pauvreté, l'insécurité alimentaire, la malnutrition et l'accès limité aux services, et est particulièrement vulnérable aux risques liés au changement climatique. La pression exercée par les populations migrantes et réfugiées met à rude épreuve ses ressources et son infrastructure limitées.

Histoire

La Corne de l’Afrique a toujours été un carrefour culturel et commercial entre l’Afrique et l’Asie et en particulier l’Arabie. Les contacts avec les populations de l’Arabie se sont intensifiés au 7èmesiècle avec la propagation de l’islam dans cette région et la constitution de royaumes musulmans.
Les premiers contacts durables avec les européens datent de 1839. En 1862, les chefs locaux de la contrée signèrent des traités avec les français qui fondèrent en 1888 Djibouti, l’actuelle capitale de la République de Djibouti.
Le territoire devient une colonie sous le nom de Côte Française des Somalis puis Territoire Français des Afars et des Issas en 1967.
Après trois décennies de revendication et de contestation animée par la LPAI (Ligue Populaire Africaine pour l'Indépendance), la puissance coloniale organisa un référendum le 8 mai 1977 où la majorité de la population du territoire vota pour l'indépendance.
Le pays accéda à l’indépendance le 27 juin 1977 sous le nom de République de Djibouti et Monsieur Hassan Gouled Aptidon fut désigné comme premier Président du pays. Un parti unique, le RPP (Rassemblement Pour le Progrès) dirigea les affaires du pays.
Une rébellion armée se déclencha en 1991 dans le nord du pays. Une nouvelle constitution qui introduit le multipartisme en République de Djibouti a été votée en 1992. Un accord de paix fut conclu en décembre 1994 entre le gouvernement et le FRUD (Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie).
Des élections présidentielles se sont déroulées en mai 1999 à l’issue desquelles un nouveau président de la République, Monsieur Ismail Omar Guelleh fût élu.
Au bout d'une année de négociations, le gouvernement et la fraction du FRUD-armé ont signé, le 12 mai 2001, un accord qui scelle définitivement la paix en République de Djibouti.

Défis

Le Gouvernement Djiboutien a élaboré dans une large approche participative une Vision de développement à long terme, «Djibouti 2035 ». Cette stratégie de planification vise à sortir le pays des urgences et, ainsi, construire un développement durable basé entre autres sur le renforcement du capital humain mais aussi sur la promotion du secteur privé et sur la reforme de la gouvernance. 

La mise en œuvre de cette Vision, « Djibouti, 2035 », s’inscrira dans une planification stratégique liée à l’Aide et au Suivi-Evaluation, en d’autres termes, mettre en place la chaine suivante : Vision-Loi D’orientation -Plan National de Développement- Programme d’Investissement Triennaux -Cadre budgétaire à Moyen Terme- Budget Annuel- Aide au Suivi-Evaluation.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Djibouti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Eswatini Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye

M

Macédoine du Nord Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe