Atelier de formation des éco-gardes et de gestionnaires des aires marines protégées sur la navigation, la sécurité et la protection de l'environnement

28 oct. 2013

(Au centre : Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Environnement et Mme Hodan A. Haji-Mohamud, Représentant Résident du PNUD avec au tour les gestionnaires et les éco-gardes du projet « Aires Marines Protégées »)

La cérémonie inaugurale d’une formation destinée aux gestionnaires et éco-gardes du projet « Aires Marines Protégées » et de remise de matériaux a été organisée dans le quartier général des gardes côtes djiboutiens.

Plusieurs officiels ont pris part à cette cérémonie dont le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Environnement, M. Mohamed Moussa Ibrahim Balala, Mme Hodan A. Haji-Mohamud, Représentante Résidente du PNUD et le commandant des gardes côtes, le colonnel Wais Omar Bogoreh.

Lors de son discours, Mme Hodan A. Haji-Mohamud a remercié chaleureusement Monsieur le Ministre pour son engagement personnel et à travers lui, toutes les structures concernées et les services compétents pour l’ « excellente organisation de cet évènement majeur », notamment la Direction de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire ainsi que l’équipe de l’Unité de Gestion de Projet et le Colonel des Gardes de Côtes.

La Représentante Résidente du PNUD a rappelé également que ce « projet multisectoriel associe de nombreux professionnels des secteurs de l’agriculture, du tourisme, du secteur privé en général mais aussi les communautés de Khor Anga, de Godorria, de Rassian, des Sept Frères, de Douda-Haramous, de Moucha-Maskali et d’Arta ».

Le projet Aires Marines Protégées (AMP), financé à travers le PNUD par les ressources du Fonds Mondial de l’Environnement à hauteur de 2,000,000 USD sur une durée de 5 ans, vise à établir une gestion efficace des Aires Marines Protégées (AMP) à Djibouti et s’articule autour des composantes inter-reliés telles que i) les mesures politiques et institutionnelles pour la gestion et la conservation des AMP, ii) les structures de gestion efficace et financièrement durable des AMP au niveau central et local, iii) l’implication des communautés locales et autres parties prenantes, notamment le secteur privé, dans les efforts de conservation des AMP et iv) la coordination et gestion du projet.

Le projet recherche à assurer la création de mécanismes de réplication future des résultats à l’échelle nationale pour la mise en place et la mise en œuvre d’un système d’aires protégées pour la conservation de la biodiversité à Djibouti et contribue directement et indirectement à assurer des bénéfices environnementaux globaux à travers plusieurs mesures urgentes et stratégiques qui soulagent les pressions qui menacent les AMP à Djibouti.

Dans son allocution, Mme Hodan A. Haji-Mohamud a estimé que la « biodiversité marine est d’une importance cruciale pour garantir un développement durable et Djibouti a la chance immense d’être doté d’une très riche biodiversité marine. Malheureusement, comme dans de nombreuses parties du monde, celle-ci est menacée tous les jours. Cette formation est donc d’un enjeu primordial. Elle permettra à court terme de faire connaître les règles et les principes fondamentaux de la protection de la biodiversité marine, de la navigation, de la sécurité et du comportement du personnel vis à vis de l'environnement. A moyen et long terme, elle devrait constituer une pierre angulaire de la protection effective des ressources halieutiques, de la gestion efficace des Aires Marines Protégées et par conséquent, de la réduction durable de la pauvreté au niveau des zones concernées par le projet ».

Mme Hodan A. Haji-Mohamud reste convaincue que cette formation des gestionnaires et éco-gardes du projet AMP ainsi que la mise à disposition d’équipements logistiques notamment trois bateaux et un véhicule, et l’expertise nécessaire permettront de définir un cadre de travail approprié pour une gestion efficace des Aires Marines Protégées à Djibouti. Enfin pour clore ses propos, Mme Hodan A. Haji-Mohamud a remercié tous les participants à cet atelier de formation et espère que « leurs actions deviennent de véritables ambassadeurs de la protection de la biodiversité marine et inspirent les autres, tant les jeunes que les moins jeunes, à respecter l’environnement pour assurer un développement durable et contribuer à réduire la pauvreté ».

Le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Environnement, a de son côté, rappelé que Djibouti possède une biodiversité marine, de la navigation, de la sécurité et du personnel vis-à-vis de l’environnement sur le court terme. Elle devrait, à moyen terme, constituer une pierre angulaire de la protection effective des ressources halieutiques, de la gestion efficace d’aires marines protégées et par conséquent de la réduction durable de la pauvreté au niveau des zones concernées par le projet. Inscrite en droite ligne des engagements pris au niveau national et international par la République de Djibouti, la présente formation se veut à la fois pragmatique et participative. Enfin, le ministre a rendu un hommage particulier au PNUD à travers son Représentant Résident, Mme Hodan A. Haji-Mohamud, pour son appui constant au pays.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Djibouti 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe