Cultiver la connaissance et la résilience au Guatémala

une femme avec des fleurs
Rosaura a créé un fonds avec d’autres femmes qui leur permet de cultiver des fleurs en serre et d’avoir un revenu supplémentaire. Photo: PNUD Guatémala

Rosaura est sage-femme, métier qu’elle exerce depuis l’âge de 14 ans à Santa Maria Tacana, sur les hauts plateaux guatémaltèques. Dans cette région, historiquement touchée par les aléas climatiques et les conflits armés internes, près de 90 % de la population vit dans la pauvreté.

« Je n’ai pas été à l’école », explique Rosaura. « Pourtant, je suis heureuse que mon foyer soit aujourd’hui un centre d’apprentissage pour le développement rural – où nous partageons des connaissances pour améliorer l’agriculture, l’alimentation, la santé, l’environnement et les revenus des familles. Avec mon mari, nous avons travaillé avec 40 familles voisines pour nous entraider. »

A retenir

  • Plus de 19 000 habitants ont un meilleur accès à l’eau potable et 25 communautés ont modernisé leurs infrastructures
  • 2 600 familles ont été formées à la création de marchés et aux contrôles de qualité pour leurs produits organiques
  • 602 familles ont rénové leurs logements et 237 ont été réinstallées dans des maisons sûres
  • La mortalité maternelle a été réduite à zéro dans les régions ou le programme opère

Cette expérience a commencé lorsque le couple s’est inscrit comme volontaire au Programme conjoint des Nations Unies sur l’atténuation des risques de catastrophes. « Notre maison se trouvait sur un terrain en pente, et chaque fois qu’il pleuvait ou que la terre tremblait, nous en subissions les conséquences. Nous n’avions pas assez d’eau pour cultiver nos terres toute l’année », déclare-t-elle.

Financé par la Suède, le Programme conjoint auquel participent le PNUD, la FAO, l’OPS/OMS (Organisation panaméricaine de la santé/ Organisation mondiale de la santé) et les institutions locales, vise à favoriser le développement rural dans les bassins fluviaux du département de San Marcos. L’objectif consiste à réduire la vulnérabilité sanitaire et environnementale de 56 communautés, en renforçant les moyens d’existence de la population et en améliorant la gestion des risques et la réponse aux catastrophes.

Le programme propose également de dynamiser les économies rurales, de contribuer à garantir les droits des femmes, particulièrement en matière de sexualité et de procréation, et de réaffirmer les droits des populations autochtones, notamment ceux de la population Mam.

Grâce à ce programme, Rosaura a rénové sa maison. « Le programme ne nous a offert ni farine, ni huile, mais il nous a apporté des connaissances qui nous ont donné les moyens d’effectuer d’importants changements dans notre vie. D’autre part, avec neuf femmes nous avons créé un fonds qui nous permet de cultiver des fleurs dans une serre, » dit-elle.

« Ce succès repose sur l’amélioration de la coordination interinstitutionnelle, de la gestion du développement territorial avec la participation des organisations de producteurs et de productrices, de groupes de femmes et de la population Mam, sur la réduction du taux de mortalité maternelle, et sur un meilleur approvisionnement alimentaire, sur la croissance des revenus et l’amélioration de l’environnement, » nous explique Christine Elich, coordinatrice du programme.

Plus de 8 200 personnes dans 50 communautés ont formé des « Comités de bassins » axés sur la connaissance du cycle intégral de l’eau, sur la gestion de l’utilisation des sols et sur la réduction des risques.

Plus de 19 000 habitants ont un meilleur accès à l’eau potable et 25 communautés ont modernisé les infrastructures et le fonctionnement des systèmes hydriques. D’autre part, 602 familles ont rénové leurs logements et 237 familles ont été réinstallées dans des maisons sûres.

L’organisation communautaire, municipale et sectorielle a permis de réduire à zéro la mortalité maternelle, en améliorant les soins de santé primaire dans les ménages grâce à la présence de sages-femmes, en facilitant l’accès aux centres de santé, en identifiant ceux qui étaient les plus proches, et en garantissant des services rapides.

Par ailleurs, le PNUD a formé 2 600 familles à la création de marchés et aux contrôles de qualité pour les shampoings organiques, le miel, les truites, les fleurs et les produits maraîchers. Et 486 d’entre elles ont augmenté leurs revenus grâce à la vente de leurs produits.

« Avec l’aide du Programme conjoint, nous ne manquons plus d’eau en été, nous en avons suffisamment pour cultiver nos terres. Nous aimerions maintenant construire d’autres serres pour nos roses qui nous ont rapporté de bonnes recettes. Ce que l’on nous a enseigné, nous aimerions le partager à notre tour avec nos voisins, » affirme Rosaura.

Le programme s’étendra bientôt à d’autres territoires vulnérables de la région de San Marcos.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe